Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blytch

Besoin de booking, chronique, communication, interview, management ou autre ? Que vous soyez un(e) artiste (cinéma, illustration, jeu vidéo, littérature, musique, théâtre... )/association/boutique/club/entreprise/évènement/marque/média/modèle/organisme divers/particulier/site web/sportif(ve) ou autre: blytch@rocketmail.com

The Butcher's Rodeo - Backstabbers

Publié le 4 Novembre 2016 par Blytch in Critiques, Musique

Deux EP (mes chroniques de "Like A Hobo on a Bison" & "Ghosts in the Weirdest Places" ) totalement déments en poche & voilà que THE BUTCHER'S RODEO nous gratifie (enfin ?) d'un album avec "Backstabbers". Découvrons si la qualité reste au top au cours d'un long effort.

The Butcher's Rodeo - Backstabbers

On va sortir de notre monde si triste en voguant durant une bonne demi-heure aux côtés de TBR. On met les voiles au travers de la brève introduction "Setting Sails", nous guidant tranquillement vers la "Little Death" démarrant elle très fort. Vince dégaine d'emblée son chant si rageur ayant peu, voire pas d'équivalent dans le milieu, auquel vient assez rapidement s'adjoindre sa voix claire, au moins aussi accrocheuse & fabuleuse que l'autre. Au cas où cela ne vous suffirait bande de gourmand(e)s, vous aurez en sus droit à une douce performance vocale en guise de conclusion. Les 50 premières secondes de "Conundrum" se font plus maléfiques, ceci jusqu'à l'arrivée du refrain très catchy au chant clair. Le morceau fourmille d'approches différentes, comme à l'accoutumée THE BUTCHER'S RODEO n'a pas cette tendance à se cantonner à une ligne droite au sein d'une seule & même chanson.

Au contraire, la formation n'arrête pas de prendre des chemins de traverse, effectue des détours surprenants, refuse de prendre l'autoroute & s'amuse à piloter sur une seule roue, que vous imaginiez une caisse ou une moto, au moins l'image fonctionnera. Cela valant d'ailleurs des sorties de piste, comme le terme de "Nelson's Folly" vous le prouvera.

La démence de THE BUTCHER'S RODEO constamment prêt à nous démanteler se fait sentir davantage encore par le biais de "Redemption Cay". On y découvre de nombreux passages sauvages, parés à nous arracher de toute part. On l'évoquait précédemment, mais on peut largement revenir dessus, le groupe adore assurément réaliser des titres constamment variés en eux-mêmes, dont résulte une débauche de fraîcheur rare. TBR ne se fixe vraiment pas de limites & n'a que faire du qu'en dira-t-on, enfin personnellement j'en dis que c'est tout bonnement génial ! On retient parfois un segment bien particulier semblant donner la couleur d'une track, comme lorsque l'on débarque à mi-parcours de "HMS Hope" & que se déploie une puissance hyper véloce, avec une immense facilité. Cependant on se méprend, car aucune des compositions n'est affublée d'une couleur, elles sont au contraire toutes constituées d'une palette de tons & de contrastes n'ayant aucune fin.

Pour débuter la seconde partie de l'album, le groupe nous emmène en voyage. Un pas très long sous forme d'interlude via "The Journey", de quoi calmer le jeu avant de reprendre de plus belle, juste après que les corbeaux soient venus nous faire croacou. Concernant "The Legacy", c'est son terme prolongé amalgamant mélodique, mélancolie & rage qui offre une personnalité encore jamais entendue durant "Backstabbers". Clairement, "In the Shallows" deviendra le favori des amatrices/eurs de mathcore. Il s'avère torturé & en quelque sorte déstructuré, sauf que tout y est finement réglé. Je suis persuadé que c'est également le cas de "Good Fuckin' Luck", qui pourtant n'a pas son pareil pour tout dégommer, paraître complètement fou & démesuré. Les freins sont lâchés pour de bon sur ce dernier, néanmoins THE BUTCHER'S RODEO est loin de faire dans la facilité.

Si vous êtes tombé(e)s dans le piège de croire à une triplette finale dévastatrice, "The Devil of the Wind" aura de quoi vous retourner, en vous amenant de manière noisy, notamment par une voix démoniaque, vers l'ultime régal de ce CD. On a pour sûr perdu pas mal de choses tout au long de l'écoute, mais en tout cas pas son temps ! "Losing Heart" confirme qu'au-delà de la perte potentielle chez nous d'éléments, voire d'organes, que notre cœur a lui été gagné par le quintet. On a droit à une séparation gorgée en émotions entre ce disque & notre petite personne, s'avérant d'ailleurs magnifiée par le cri la refermant. Soulignons également la superbe illustration ornant la pochette, réalisée par Alex du Spaniard Studio.

Il s'avère complexe de trouver un & même plusieurs termes afin de qualifier l'immense niveau de "Backstabbers". Cet album faisant plus que confirmer tout le bien que l'on pouvait déjà penser de THE BUTCHER'S RODEO, un groupe au firmament de la musique. Si vous suivez un peu ce que je fais, vous savez que j'ai écouté énormément de disques, K7 & autres cette année. & bien je trouve simplement que pour le moment "Backstabbers" de THE BUTCHER'S RODEO est juste la meilleure sortie musicale de 2016 !

Blytch (Facebook & Twitter)

The Butcher's Rodeo album Backstabbers
04/11/16 At(h)ome

Setting Sails
Little Death
Conundrum
Nelson's Folly
Redemption Cay
HMS Hope
The Journey
The Legacy
In the Shallows
Good Fuckin' Luck
The Devil of the Wind
Losing Heart

Commenter cet article