Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blytch

Besoin de booking, chronique, communication, interview, management ou autre ? Que vous soyez un(e) artiste (cinéma, illustration, jeu vidéo, littérature, musique, théâtre... )/association/boutique/club/entreprise/évènement/marque/média/modèle/organisme divers/particulier/site web/sportif(ve) ou autre: blytch@rocketmail.com

Tagada Jones - La peste et le choléra

Publié le 18 Février 2017 par Blytch in Critiques, Musique

Compliqué d'introduire une formation qui en plus de vingt ans d'existence se suffit à elle-même pour ne pas avoir besoin de vous en dire davantage qu'un basique : voici le nouvel album de Tagada Jones, "La peste et le choléra". Quitte à choisir je prends la troisième option, celle de déterminer un futur idéal collectif et cela commencera peut-être par l'écoute de ces 12 morceaux.

Tagada Jones - La peste et le choléra

Déjà considéré comme porte-étendard de ce disque par la récente réalisation de son clip (qui sera mis en ligne lors de la semaine de sortie de l'album) à Nantes, "Vendredi 13" narre les évènements funestes du vendredi 13 novembre 2015 ayant frappé Paris, tout en y délivrant un certain ressenti. Un drame multiple en rappelant et en précédant tant d'autres, avec des commanditaires différents, ayant tous les mêmes buts. Le seul moyen de changer tout ça est de s'unir et pas juste lors d'une soirée en tweetant son émotion chacune/un chez soi. Non, un véritable rassemblement, une fraternité non pas royale mais sincère. Et pas assis devant ses écrans avec sa porte fermée à double-tour, en gardant toujours un oeil suspicieux sur ses voisins. Non, on y arrivera debout, unis, tels les choeurs de cette première piste reprenant des "Oh oh oh" rassembleurs. On notera aussi une introduction assez calme, une petite pause avant la fin et une conclusion délicate après avoir puissamment placé un ultime refrain, reflétant ainsi les diverses émotions ressenties.

L'atmosphère devient plus sauvage pour la chanson donnant son titre au CD, "La peste et le choléra" renvoyant à l'un des sujets phares de ces dernières années et particulièrement la 2016 : les fameux migrants. Ces personnes pourtant on ne peut plus humaines et cherchant juste à survivre, même plus à vivre tout court, que la populace montre d'un air dédaigneux. Alors que quand ces bien-pensants eux-mêmes décident de changer de pays pour gagner plus de fric, là curieusement ils n'y voient aucun inconvénient. Hospitalité, pitié, humanité, tout s'arrête aux portes de l'argent. Quasiment personne de choqué par leur parcours, la grande majorité succombant déjà durant le trajet, sans oublier le cap des passeurs, pour finalement ne même pas arriver dans un nouveau camp mais au sein d'une jungle, signifiant bien ce que le lieu représente.

Le revendicateur "Pertes et Fracas" sait réunir une assemblée au slogan simple et vrai, "Le peuple a la tête sous l'eau", plus fort que tout ce que l'on veut nous faire avaler via des campagnes de communication bidons auxquelles les citoyennes/ens ont pourtant tendance à céder. La vérité est dans cette phrase, tranchant avec les couplets où la voix de Niko reste très calme.

La nouvelle star mondiale, celle rassemblant apparemment la planète entière contre elle et arrivant pourtant à se faire élire sans aucun souci chez la première puissance mondiale, a aussi droit à une chanson, "Guns". Et à la question posée par le quatuor : "Combien de morts inutiles ?", je réponds qu'elles le sont toutes.

Cette galette s'avère riche en morceaux rassembleurs et l'est particulièrement au travers du véloce "Mort aux Cons" , avec ses "La la, la la la la... " et ses textes nous démontrant un important délaissement des "camarades". Certains ayant viré de bord, tandis que les nouvelles générations n'ont pas repris le flambeau, entre les passifs préférant ne pas s'intéresser au plus grand nombre et ceux ayant carrément choisi l'autre rive, car effectivement le rouge vire au bleu marine. D'ailleurs son successeur, "Le monde tourne à l'envers", complète très justement le propos.

"Enfant des rues" délivre un son plus lourd, pour un propos qui l'est tout autant, malheureusement quasiment l'intégralité de la planète n'en a que faire et préfère que dans les rues crève toute la population, hormis leur propre petite personne. Même si Tagada Jones essaie durant "Pas de Futur" de rassembler les troupes afin de s'indigner et ne plus laisser ces horreurs se passer. Le tout encadré par le spectacle de la vie quotidienne conté au cours de cette piste.

La plupart d'entre vous connait certainement "Je suis Démocratie", qui deux ans après reste évidemment d'actualité car Charlie Hebdo peut être remplacé par bien d'autres choses, qu'il s'agisse d'autres médias, de journalistes ou tout simplement de la liberté d'expression de tout à chacun. Même si malheureusement on se retrouve souvent en face de racistes clamant que leurs opinions nauséabondes sont leur liberté d'expression. Ils veulent toujours nous la faire à l'envers et malheureusement ils atteignent souvent leur but. Voici la raison pour laquelle cette Version 2017 ne fait pas tâche, elle reste totalement dans le ton de "La peste et le choléra", elle le lança même en quelque sorte, ce disque poussant à la réaction.

En tant que conclusion, "Le non point de retour" place bien le ton. On y ressent énormément d'émotions, mises en exergue par un son plus posé, tout comme le chant souvent parlé de Niko. Notons aussi la superbe illustration de la pochette, réalisée par Jean Le Boulanger, annonçant comme il se doit ce qui nous attend !

Tagada Jones n'a peut-être plus vingt ans, il n'empêche que "La peste et le choléra" prouve que ses messages et la musique puissante les portant sont on ne peut plus d'actualité et profonds de sincérité. Ses membres, les présents depuis longtemps et les plus récents, ne deviendront apparemment jamais des vieux c*ns, ni des jeunes c*ns.

Il faudra donc vous tenir toutes et tous prêtes et prêts en vue de ce 3 mars, ne signant pas seulement la sortie de l'album, car ce sera également celui du coup d'envoi des concerts ne défendant pas ce CD (à pré-commander ici), mais portant littéralement son propos devant tout le monde. Quelque chose d'essentiel, au moins autant que le fait de l'amener devant tant de personnes et là-dessus on est au courant que Tagada Jones sait y faire, j'en veux pour preuve cet exemple.

Blytch

Tagada Jones album La peste et le choléra
03/03/17 Enrage Production/At(h)ome/Wagram Production

Vendredi 13
La Peste et le Choléra
Pertes et Fracas
Envers et contre tous
Guns
Mort aux Cons
Le monde tourne à l'envers
Narcissique
Enfant des rues
Pas de Futur
Je suis Démocratie (Version 2017)
Le non point de retour
Commenter cet article