Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Blytch

Besoin de booking, chronique, communication, interview, management ou autre ? Que vous soyez un(e) artiste (cinéma, illustration, jeu vidéo, littérature, musique, théâtre... )/association/boutique/club/entreprise/évènement/marque/média/modèle/organisme divers/particulier/site web/sportif(ve) ou autre: blytch@rocketmail.com

Kiddie Coke - Medical Walls

Publié le 24 Avril 2017 par Blytch in Critiques, Musique

Kiddie Coke ? En voilà un nom qui ne me dit rien du tout... Du moins ce serait le cas si je faisais semblant & jouais à celui à qui on ne la fait pas. Et pour cause, étant donné que j'ai adoré leur EP éponyme, ainsi que "Love Kids & Coke", comme le prouvent mes chroniques. D'ailleurs j'en profite pour également vous glisser les liens de ma rubrique En Traque ici & traitant de cette doublette, ainsi que mon entretien avec les membres de KC. Cependant je ne suis fanatique de rien, ni personne, chaque nouvelle sortie étant donc prise comme telle & je ne vais pas adorer un CD car il s'agit d'un artiste dont les précédents m'ont régalé & continuent à le faire. C'est donc impatient & à la fois espérant que le quatuor continue sur sa lancée, que je me jette sur son premier album "Medical Walls".

Kiddie Coke - Medical Walls

Compliqué d'affirmer que "Displeasure" est un intitulé collant au morceau débutant la partie, étant donné que l'on prend carrément du plaisir avec ses cordes montant en puissance, ainsi que dans le rythme, au fur & à mesure qu'avance l'introduction. D'ailleurs les amatrices/eurs de mélodique devraient même y trouver leur compte & cela vaut également pour d'autres moments au cours du disque. Les solis dantesques & les riffs ravageurs sachant combler pas mal de monde. "Medical Walls", la chanson, fait elle monter l'intensité & la facette accrocheuse de Kiddie Coke que l'on connait bien de par son duo d'EP. On reprend aisément en chœurs les "Medical Walls" balancés par Christelle, qui n'a rien perdu de sa capacité à créer des passages vocaux à l'identité catchy.

On navigue au sein d'une atmosphère plus mystérieuse, brumeuse, au cours de "Take a toke", où un voile de fumée englobe quasiment tout l'ensemble. Le refrain s'en extirpant grâce à son énergie entrainante & fonçant dans la lignée des accroches de la formation. D'une enveloppe massive, "Familiar circles" vire vers une conclusion en délicatesse, de quoi créer un effet tranché, tout en nous offrant un léger aperçu de la voix de Chris en version douce, ce qui s'avère plus qu'agréable. On la découvre d'ailleurs constamment sous de nouveaux jours, particulièrement au long de "Supersticious", où elle se fait presque inaudible en restant en retrait par rapport à l'énergie débordante des instruments, puis devient inquiétante quand entourée d'effets, avant de déployer un hurlement dont on n'avait pas l'habitude. Cela nous surprenant d'autant plus, même si l'on ne serait pas contre davantage de cris de sa part, celui-ci s'avérant déjà marquant.

On reprend son calme avec "Unbroken secret", dont la mélancolie semble certaine à son écoute, sans toutefois oublier d'y inclure un soupçon de riffs à la saveur rock épicé. On a d'ailleurs l'impression que Kiddie Coke trouve que la "délicatesse" a amplement assez duré, en entendant l'introduction décapante de "Lose and find". Morceau où les effets seront de mise, de quoi le rendre diamétralement opposé à son prédécesseur certes, mais également à son successeur. "Sweet time" portant bien son nom, tant on y trouve une certaine douceur. Le quartet n'avait pas encore été jusque-là sur cette galette & l'on en éprouve un sentiment incroyable. Du moins il est démultiplié lorsque l'on connait ses EP, tout bonnement car cela signifie que l'on n'ignore pas cette facette & forcément, on l'attendait. L'interprétation vocale y est fabuleuse, arrivant à nous transporter vers d'autres galaxies & davantage encore de par son association avec une musique si posée. "Sinkholes" délivrera lui un rock à la dualité nous en faisant voir de toutes les couleurs, en étant tantôt retenu, tantôt rageur & surtout mêlant les deux. L'ultime piste, "Waterfall", va elle puiser profondément dans notre corps, en nous arrachant les tripes non pas par sa folie détruisant tout sur son passage, mais au contraire en allant les retourner par l'intermédiaire d'un univers touchant. Cependant, on a également droit à un imposant final rock castagnant comme il se doit.

Heureusement, je n'ai pas perdu ma journée avec les écoutes intensives de ce disque afin de vous en proposer la chronique rapidement. "Medical Walls" s'avère juste énorme, prouvant ainsi que Kiddie Coke est un groupe à la fois génial, inventif & costaud. Car tenir deux EP n'est pas chose aisée, mais pouvoir le faire sur un premier long effort amène de nouvelles complications & le risque de ne pas savoir se renouveler. Désormais avec 3 CD on peut se dire que l'on a de quoi faire un peu plus longtemps, mais cela reste trop peu, on en veut encore & toujours ! Donc conseil : sortez un vinyle acoustique avec vos chansons déjà existantes, vous y gagnerez du temps & l'on pourra ainsi s'en délecter sans trop attendre. Déjà que je trouve que vous mettez trop de temps à le sortir, alors qu'il n'est même pas dans vos projets & que votre premier album n'est pas disponible pour l'instant.

Blytch (Facebook/Twitter)

Kiddie Coke album Medical Walls
15/5/17 Bad Reputation

Displeasure
Medical Walls
Take a toke
Familiar circles
Supersticious
Unbroken secret
Lose and find
Sweet time
Sinkholes
Waterfall

Facebook
YouTube
Soundcloud

Commenter cet article